Le lr2i et le projet Filmariane

Lancé en avril 2007 au sein de l’incubateur de l'AVRUL (site) de la technopôle ESTER de Limoges, le projet Filmariane, utilise les dernières technologies de géo localisation, de traitement du signal, de radiocommunication et de développement web 2.0 afin de proposer un bouquet de services sécurité des véhicules sur un portail internet décliné en quatre points : accident, vol, entretien et gestion.

fil logo

Le service assure une traçabilité complète et historiée des informations collectées et fonctionne de manière collaborative. Il permet, pour un même véhicule, à des entités juridiquement différentes de gérer les informations qui les concernent selon leurs rôles (individus, travailleurs indépendants, entreprises). Il autorise l’interopérabilité dans la gestion de parcs et de flottes (web services).

La première station météo du Laboratoire

Installée sur le bâtiment de 3il en 2001, une station météo récolte des données météo en permanence. Il s'agit d'un modèle Heavy Weather WS-2300.

Cette expérience n'avait pas pour objectif de réaliser des prévisions mais plutôt de tester une architecture logicielle permanente allant du relevé d'informations en environnement extérieur jusqu'à la mise en ligne sur internet des données, en incluant les phases intermédiaires de traitement et de stockage. Cette station a fonctionné de 2001 à 2012. Elle disposait des capteurs classiques utilisés en météo : anémomètre, pluviomètre capteurs de pression et de température.

ws2300 anemometre

2017 Paluclic2

Le paludisme (ou malaria) est une maladie infectieuse due à un parasite se nommant Plasmodium. Elle représente chaque année près de 200 millions de nouveaux cas, dont 400 000 décès. En France, on recense un peu plus de 4000 cas/an dont 10 décès. Les infections par un plasmodium sont plus ou moins dangereuses au point que les instances internationales (OMS) et nationales (SPILF) ont décrit de très nombreux critères de gravité (selon l’espèce du Plasmodium, des critères cliniques et biologiques). En fonction de la gravité de l’infection par Plasmodium, la prise-en-charge (c’est-à-dire le lieu de surveillance : réanimation, service « conventionnel » ou domicile) ainsi que le traitement n’est pas le même. Afin de trouver une solution à ce problème en France, M. Romain LEROY a confié à nos étudiants, la tâche de mettre en place une plateforme (application mobile et site web) pour aider le corps médical dans la prise en charge des patients atteints par le paludisme.
Ce projet de développement informatique s’intègrera dans son travail de thèse d’exercice de docteur en Médecine sur la prise en charge des accès palustres au CHU de Poitiers qui sera présenté et soutenu publiquement le 25 septembre 2017 au Professeur F. Roblot, présidente du jury de la thèse et présidente de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF). Cet outil a pour objectif d’être diffusé au plan national afin d’être utilisé par l’ensemble de la communauté médicale française.

 

Par l’intermédiaire de son FabLab, l’école met à disposition des étudiants une imprimante 3D (entre autres). L’objectif de ce projet était de mettre à contribution cet outil afin de réaliser de toutes pièces un robot de type hexapode, et de le commander via bluetooth par une application smartphone dédiée.

2019 Hexa1

Conception mécanique, dimensionnement de la batterie, commande du robot et réalisation de l’application Android… Toutes ces tâches ont dû être réalisées par nos étudiants pour arriver à un résultat final en accord avec le cahier des charges fixé par l’équipe enseignante.

Ce projet a fait l’objet d’une participation au concours « les talents du numérique ».

L'objectif est de permettre à un utilisateur se trouvant à un endroit X, d'observer en temps réel un lieu Y avec une impression d'immersion, de relief, de 3D.

Le projet couvre des secteurs aussi variés que le culturel (visite de musée), la sécurité (observation robotisée) ou encore la médecine (chirurgie à distance).

Grâce à une application Android, il est possible de diriger à distance des caméras.

Les images des deux caméras seront récupérées et affichées sur le téléphone de telle sorte qu’elles donnent l’illusion de 3D.

L’utilisateur aura une cardboard contenant le téléphone devant ses yeux et les caméras suivront les mouvements de sa tête.

Toute les explications dans la vidéo ci-dessous :